ACCUEIL DU SITE

Bientôt un nouveau Parking à la Calade, mais pourquoi « Calade » ?

Publié le 18.02.2014

carte postale 37

Sur une gravure de 1834, tirée de l’album Laincel, on peut distinguer un énorme rocher sur l’emplacement du futur parking. Ce qui a donné le nom au lieu : montée de la calade, le gros rocher. Le vrai nom du lieu c’est « Portail d’Avignon » puisque porte principale des remparts et seule à avoir été éclairée de nuit par un feu à son sommet. (Archives communales 1360)

Ce lieu situé hors la ville, donc hors remparts, était un espace complètement dépourvu de constructions et de végétation.

C’est seulement à partir des années 1850 que l’on va commencer à utiliser l’espace en creusant et créant quelques jardins (emplacement du futur parking). Le mur du fonds, construit à la va-vite  va servir à soutenir la rue de la calade desservant les nouvelles petites maisons appuyées contre le rocher et les remparts.

Vers 1910, s’y installe un charron nommé le père Grégoire, qui construit un hangar où il dispose ses machines et son stock de bois. Tout le mur entourant le lieu est  simple. Le hangar allait du côté du vieux transformateur jusqu’aux 2/3 de la longueur du lieu. Un forgeron du nom de René Soumille lui a succédé, on pouvait encore voir dans l’angle gauche, sous la rue, des traces de la cheminée de la forge. Nous sommes alors dans les années 1930. Un maçon du nom de Zanchetti a ensuite occupé les hangars. De 1950 à 1960 l’entreprise de bâtiments Barcelli et frères. Un abandon des lieux puis installation du garagiste Perez, dernier occupant. C’est là toute l’histoire d’un modeste lieu qui n’a rien à voir avec la création du village au XI siècle. JL Barcelli