ACCUEIL DU SITE

Histoire brève d’Entraigues sur la Sorgue de 1050 à nos jours…

Publié le 30.07.2014

 

entraigues_02Ce dessin de Chantron nous montre une partie des vestiges de l’enceinte d’Entraigues à peu près dans l’état où ils sont de nos jours. Outre d’importants débris de ses remparts, le bourg a conservé le donjon de son château féodal, appelé «Tour des Templiers», ainsi que le château dit «de Montaigu», défiguré par de nombreuses transformations mais dont il subsiste une belle tour carrée aux triples fenêtres surmontées de moulures en accolades.

Quoique de style gothique, l’église paroissiale a été reconstruite postérieurement aux guerres de Religion.
Ancien centre de culture de la garance, le terroir d’Entraigues produit aujourd’hui essentiellement des fruits, des primeurs, des graines potagères, des fourrages, du vin.

En 1050, Guillaume d’Ancezune possédait Entraigues dont les origines ne sont pas exactement connues, en coseigneurie avec la Chambre Apostolique. Le fiel passa ensuite, successivement, aux familles des Baux, de Clermont, de Cabassole, de Châteauneuf, de Montmonrency, de Montaigu, etc…

Le bourg était entouré de solides remparts et défendu par un puissant château fort. Pendant les guerres de Religion, l’agglomération fut pourtant enlevée par les Calvinistes (1588) qui l’occupèrent jusqu’à ce que l’expédition catholique, montée par le vice-légat Grimaldi, soit venue les en déloger.

 

entraigues_03Le dessin ci-contre, extrait de l’album Laincel, nous restitue l’aspect qu’offrait, au XVIIème siècle, le village d’Entraigues encore enfermé dans son enceinte crénelée. On aperçoit également une porte fortifiée, le donjon du château féodal et, sur la gauche, le clocher octogonal de l’église Saint-Pierre-aux-Liens.