MOUSTIQUE TIGRE

Implanté depuis 2004 en région PACA, le moustique tigre (Aedes albopictus) est facteur de nuisance et peut être vecteur de plusieurs maladies virales. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’hiver azuréen ne vient pas à bout du moustique tigre, et les nappes d’eau stagnantes qui se forment durant la saison hivernale sont propices à sa reproduction.

Parce que le moustique vit près de nos habitations, la lutte contre sa prolifération est l’affaire de tout un chacun. Pour éviter qu’il ne se reproduise et ne prolifère, il faut éliminer les lieux de ponte potentiels et donc toutes les eaux stagnantes. Videz, couvrez, rangez, curez, entretenez !

> Plus d’information sur le moustique tigre
> Portail de signalement du moustique tigre

LUTTE CONTRE LE FRELON ASIATIQUE

Le frelon asiatique est une espèce envahissante et un prédateur redoutable des abeilles domestiques et autres insectes pollinisateurs. Afin de lutter contre la prolifération du frelon asiatique, le Département a instauré un dispositif assurant la prise en charge de la destruction des nids, dans le cadre du plan apicole durable 06. Ce dispositif est opérationnel entre avril et décembre (pendant l’hiver les frelons sont morts et les reines sont parties hiverner).

Pour signaler la présence d’un nid de frelon asiatique :

  • S’il y a urgence (danger immédiat sur la personne) : contactez le 18 ou le 112

> Voir la fiche d’aide à l’identification du frelon asiatique

LES CHENILLES PROCESSIONNAIRES

La chenille processionnaire est un insecte ravageur défoliateur des essences du pin et autres résineux. Ce nuisible est connu pour la capacité qu’ont ses larves à libérer des poils urticants microscopiques en forme de harpon qui provoquent des réactions cutanées importantes, boutons, démangeaisons, lésions oculaires et respiratoires.

Les effets sur la santé sont liés à une exposition aux poils urticants et allergisants. Chaque chenille possède de minuscules poils microscopiques qui sont emportés par le vent. Des réactions allergiques, des démangeaisons très vives, conjonctivite, toux irritative et parfois des troubles graves peuvent survenir lorsque les poils entrent en contact avec la peau ou les muqueuses. Il est nécessaire de contacter au plus vite un médecin en cas de troubles graves à la santé.

Des méthodes de luttes efficaces existent contre la chenille processionnaire du pin et du chêne. Ces traitements sont le plus souvent respectueux de l’environnement :

Échenillage : couper les nids et brûler les cocons

Piégeage : écopiège et piège à phéromone

Traitement biologique : Bacillus thurengiensis

> Télécharger la brochure d’informations
> Source INRA

Formulaire de contact