chenille

Danger pour les hommes, les animaux et les arbres sur lesquels elle s’installe, la chenille processionnaire est de retour.

Chaque année, des colonies de chenilles processionnaires sont repérées dans le Vaucluse. De mars à août, ce parasite très urticant et difficile à éradiquer réapparaît. Originaire d’Europe du Sud, elle infeste depuis plusieurs années les conifères français.Ses signes distinctifs sont une tête noire, une pilosité abondante et une couleur brune avec des tâches orangées. Il est important de les repérer : leurs poils contiennent une substance très urticante, la thaumétopoéine.

Elles sont dangereuses pour vous, mais aussi pour vos animaux, notamment les chiens, extrêmement vulnérables aux piqures ! En cas de symptômes (gonflement des babines, salivation abondante, toux et vomissements), consultez en urgence un vétérinaire.
Il est préférable, pour tous, d’éviter tout contact avec les chenilles, les nids, mais aussi les zones autour des arbres infectés. Il n’existe pas de solution radicale pour s’en débarrasser définitivement.

Quels traitements possibles ?

Il n’existe  plus aujourd’hui sur le marché français de produit chimique de traitement de la chenille processionnaire appliquée 

à la  voirie et aux espaces verts publics. Il n’existe donc plus non plus de solution radicale.

On  a  aujourd’hui  recours  à  des  méthodes alternatives plus écologiques calée sur le cycle biologique de l’insecte qui combine 4 techniques qui se succèdent au fil de l’année :

1. L’échenillage : cela consiste à faire une veille sur le patrimoine arboré et à préle-ver les nids détectés.

2. Le  piégeage  à  la  descente :  au  printemps, les chenille descendent des arbres pour regagner le sol. Une goulotte placée autour du tronc dirige les chenilles dans un sac qui est ensuite détruit.

3. L’empoisonnement: en été, lorsque les chenilles  se  nourrissent de feuillage qu’il suffit d’empoisonner avec une solution biologique. Les chenilles meurent et ne deviennent jamais papillons.

4. La captation des mâles: en période d’accouplement, les chenilles qui sont devenues papillon mâles vont vouloir trouver des femelles. Les pièges à phéromones attirent les papillons mâles, et une fois  piégés  ils  ne  sont  plus  en  mesure  de  s’accoupler.

Les chiens, des cibles de choix :

Les chiens peuvent être extrêmement vulnérables aux piqûres de chenilles processionnaires. Savoir reconnaître les symptômes peut leur sauver la vie.

Si vous constatez un gonflement des babines, une salivation abondante, une toux, des vomissements et une inflammation des zones de contact, rendez-vous en urgence chez un vétérinaire. Avant, vous pouvez rincer abondamment la bouche (dedans et en dehors) de votre chien avec de l’eau afin de débarrasser un maximum de poils urticants sans frotter les zones affectées, cela pourrait casser les poils et donc aggraver les symptômes.

Une fois chez votre vétérinaire, il optera pour l’administration de corticoïdes et d’antibiotiques et gardera votre chien en observation. Lorsque la langue est touchée les conséquences peuvent être dramatiques avec une inflammation de celle-ci pouvant aller jusqu’à la nécrose totale.

Conseil : lors de vos promenades repérez les nids et mettez une muselière à votre chien.

Formulaire de contact